Accueil > mes disques 80-84 > TAXI GIRL : Seppuku (1981)

TAXI GIRL : Seppuku (1981)

seppuku.jpgLa New wave a même envahi la France ! Et heureusement ! Y’en a marre que tous les bons groupes nous proviennent d’outre manche, atlantique ou tombe ! Mais à défaut, d’une vraie vague, nous avons plutôt eu une réplique du punk (3 ans après !) avec des relents de synthétiques ! L’un de nos meilleurs fleurons d’alors était Taxi girl ! Après deux EP à succès avec notamment l’excellent titre « Cherchez le garçon » , le groupe de Daniel Darc s’attèle à ce qui restera son unique album : Seppuku. Virgin, leur nouvelle maison de disques, espère décrocher le gros lot mais il n’en sera rien ! Non pas que l’album soit mauvais, bien au contraire mais qu’il déroute les auditeurs de « cherchez le garçon » par ses propos (la noirceur), son  ton et son atmosphère austère. Et c’est encore une fois bien dommage ! Véritable punk dans l’âme, nos parisiens vont passer un cap en améliorant leur écriture, leur jeu : c’est qu’on appelle la maturité ! Réduit à trois membres (Darc, Mirwais, Sinclair), le groupe va chercher en Angleterre ses influences comme Magazine, Joy Division et les Stranglers dont le bassiste Jean Jacques Burnel se chargera de la production (si ce n’est pas une préférence avouée…). Sur les 9 titres de l’album règne une atmosphère de désolation, de mystère, de mort (les chansons ne parlent que de ça, entre meurtre, crime ou assassinat !) bien relayée par des paroles crues, froides, obscures et remplies de désespoir. L’auditeur moyen serait sans doute rebuté par cet « optimisme »  béat mais ce qui fait la différence ce sont les arrangements ! Les morceaux aussi synthétiques qu’ils soient sont nappés d’une partie de claviers fantastique ! Enchanteur, rêveur, triste selon les chansons, il donne le la au reste. Le contenu est peut-être noir mais le contenant est lui remuant, violent (ce sont des punks !) et sans temps mort. De « Les armées de la nuit » à la « treizième section », Taxi girl nous offre un rock sensible, rythmé, mélodique qui n’aura pas trouvé son public ! Darc a préféré le risque, le danger, l’honnêteté à la facilité. Le groupe perdra ensuite Sinclair et ne s’en relèvera jamais malgré de jolis coups (« Aussi belle qu’une balle »). Ce sera en fait Indochine avec son « aventurier » qui décrochera la timbale en reprenant la recette de « Cherchez le garçon ». Et dire qu’on ose dire que Taxi girl ressemble à Indochine…

Catégories :mes disques 80-84
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :