Accueil > Mes disques 05-09 > THE KILLS : No Wow (2005)

THE KILLS : No Wow (2005)

no-wow.jpgIl faut laisser la chance aux albums ! Voire une deuxième chance ! Une première écoute peut vous rebuter d’un album et c’est bien normal : ce n’est pas ce que vous attendiez ; ça ne ressemble pas aux précédents efforts ; ça reste dans les starting blocks. Tels sont les commentaires (et j’en passe) après la première écoute d’un disque. L’artiste le fait pour lui, tant mieux ensuite si ça plait ! On espère trop des artistes : les hits, les mélodies, les ballades, les gros riffs, les voix ! C’est encore pire lorsqu’on est fan ! Un fan aime un artiste pour telle chose ou telle chose mais si du jour au lendemain il change de style, c’est la bérézina pour celui qui le vénère ! A moins d’être réactif, ouvert, compréhensif, on a du mal à suivre le cheminement artistique d’un groupe. Ils sont pourtant comme nous : ils ont leurs doutes, leurs certitudes, leurs rêves, leurs cauchemars, leurs remises en question. Si on arrive à se mettre à leur place, on saura s’adapter plus facilement si notre chouchou change d’univers ! Pour the Kills, autant j’avais adoré leur premier album par sa simplicité autant No Wow m’avait laissé une mauvaise impression ! Mais c’est en y revenant encore et encore que j’ai réussi à franchir l’obstacle du « changement » ! Pas facile cette fois-ci ! Mais on aime la musique, oui ou non ?! No wow est un album rock rugueux qui prend son temps, qui ronge tout ce qui se trouve aux alentours ! Le rythme des chansons est lent, ce qui laisse bien le temps pour se familiariser à l’univers de VV et Hotel, entre western (le désert, la solitude !) et cimetière (pour sa noirceur). Et quand on y est entré, on s’aperçoit que ces chansons sont belles, humbles ! The Kills serait comme le Jon spencer blues explosion  qui n’aurait pas fait le plein entre deux concerts ! Du blues électrique sans jus mais qui sait dégager une émotion, un esprit !  Et puis quand le groupe retrouve « ses moyens », il se fend de ballades poétiques comme « Rodeo Town » qui sont loin de me déplaire ! Avec son rock minimaliste, pas pêchu pour sou, The kills réussissent à faire un album sincère, enjoliveur (et non enjoué !) : rien ne sert de courir, il faut rocker à point !

Catégories :Mes disques 05-09
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :