LED ZEPPELIN : IV (1971)

4.jpgDes groupes de hard rock Led Zeppelin est peut-être celui qui a le mieux résisté aux ravages du temps. J’en veux pour preuve le nombre assez hallucinant de personnes arborant un T-shirt Led zeppelin dans la rue ou dans les festivals ! Mais pourquoi tout ce culte pour cette formation à la carrière assez fulgurante ? Parce que Led Zeppelin, c’est bien plus que du Heavy metal ! Les influences de Led Zeppelin sont si variées que chacun y retrouve son compte : du blues, Boggie  du rock n’ roll, du folk, de l’électrique, de l’acoustique, du violent, du doux, du nerveux, du paisible ! Led Zeppelin écrivait de la musique universelle, qui avait quelque chose à dire et non pas du bruit pour tout casser ! Robert Plant (chant) et Jimmy Page (guitare) formaient le binôme le plus influent de cette période charnière et ont apporté tellement au son de la décennie. L’éclectisme des chansons va donner de la profondeur à l’album, une raison d’être, une conscience, une unité. Le disque commence royalement avec « Black Dog » avec une guitare déchaînée qui enflamme tout sur son passage. L’incendie ne s’éteindra pas avec le speedé « Rock n’ roll ». Ces deux morceaux ont la tête dans le guidon. Le rythme est ensuite coupé net avec une ballade folk magique « The Battle of Evermore » et ses harmonies vocales qui nous laisse rêveur. Le rêve se prolongera avec LE morceau du groupe, « Stairway to Heaven » : résumé à elle seule des intentions du IV. Elle est à la fois intemporelle et douce pour sa partie acoustique ; brûlante et enivrant pour sa partie électrique. Rien à dire : c’est l’un des plus beaux morceaux de rock de tous les temps ! La suite saura faire front avec le furieux « Misty mountain Hop », le sauvage et mystique « Four Sticks » ou le superbe morceau acoustique « Going to California ». L’album se finira avec la curiosité du disque, « When the Leeve breaks », à la fois mystérieux, retenu avec un tempo assez lent et obsédant. Tous les morceaux sont chantés et arrangés de manière extraordinaire comme si le groupe jouait sa peau à chaque seconde, preuve que ce combo savait se remettre en question pour avancer, découvrir de nouveaux espaces de jeu. Sommet artistique du groupe, le IV n’a pas vieilli d’un poil, preuve d’une authenticité et d’un savoir faire sans pareil.

  1. KIM S-H
    septembre 22, 2007 à 2:03

    Vive Led Zep!!!
    Pour ce qui est des t-shirt j’en possède un coupé moulant(parce qu’ils en font des comme ça maintenant).J’ai United states of America 1977(celui avec robert en ange).J’ai réussis à dénicher un VHS d’époque du show The song remains the same(at Madison sqare garden en 1973).C’est un de mes groupes préférés.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :