Accueil > mes disques 85-89 > JOHN FOGERTY : Centerfield (1985)

JOHN FOGERTY : Centerfield (1985)

centerfield.jpgTrouver les bons disques est souvent plus dur que les écouter ! Plus on est passionné de musique plus la traque aux disques se professionnalise, s’étend, se spécialise. Et le plus souvent, plus le temps passe plus il est difficile d’avoir toujours une proie dans le viseur ! Cette ferveur pour la musique m’amène aussi à écumer tous les bacs de tous les disquaires inimaginables ! Quand je cherche un disque, je me donne les moyens de mes ambitions !  Et le plus souvent pour un résultat bien décevant ! Pire qu’une fille dans un H&M ! Souvent les bons disques ne sautent pas aux yeux ou pire encore : on ne sait pas qu’il existe ! Prenez le Centerfield de John Fogerty : je m’étais arrêté à son groupe CCR (pour faire simple !) sans jamais m’être demandé une seule fois ce qu’il avait fait ensuite ! Et voilà que je découvre en feuilletant quelques magazines qu’il avait fait d’excellents disques solos.  Je me suis mis de suite en chasse ! Dieu sait que ce ne fut pas facile ! Introuvable ce disque ! Dans les disquaires, on ne trouve que les nouveautés et autres références indéboulonnables : pas de John ! Dans l’occasion, pareil : pas de John ! Alors que l’album avait super bien marché à l’époque ! Une honte ! Ce fut lors d’un séjour en Finlande que je me dégotais le Graal. Pas besoin d’écoute : quand ça sent Fogerty et que les critiques sont unanimes, ça ne peut être qu’un bon disque.  Ce fut effectivement le cas : Avec cet album, on s’écoute le meilleur du rock n’ roll ! Comme 15 ans en arrière ! La formule n’a pas changé d’un iota : simplicité, furie, envie, générosité, efficacité. Voilà les maîtres mots qui me viennent à l’esprit lorsque je dois évoquer Fogerty. En revenant aux racines, à la terre, avec la country, le blue grass, le boggie tout en y ajoutant de l’énergie, on ne peut que faire des chansons sincères, franches, sans concession ! Fogerty a même fait ici tout lui même : l’écriture, l’arrangement et la production ! C’est dire combien il s’est investi pour que ses morceaux bruts sonnent comme il le souhaitait. La guitare comme à l’époque de CCR virevolte, fait des figures, ne tient pas en place. Ne me parlez surtout pas de morceaux faibles : il n’y en a pas ! De « The old man down the road » à « Vanz Kant Danz » l’intensité ne baisse jamais ! Ce disque est l’exemple parfait pour dire que rechercher la perle rare est très excitant mais peut l’être encore plus quand on la savoure…

Catégories :mes disques 85-89
  1. mars 13, 2011 à 10:18

    A sa sortie, je l’écoutais en boucle… Il me reste un faible pour « I Saw It On TV ». Merci pour le souvenir, je vais de ce pas le réécouter.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :