Accueil > mes disques 85-89 > ROY ORBISON : Mystery Girl (1989)

ROY ORBISON : Mystery Girl (1989)

mystery-girl.jpgComment faut-il finir une chanson ? Sur une note heureuse, malheureuse, mystérieuse ? Faut-il demander à l’auditeur à s’impliquer dans sa lecture ? Que l’on finisse fort ou pas, il faut toujours soigner sa sortie : la dernière impression est la plus importante : qu’importe si vous avez fait un « programme » excellent, si vous vous mangez à la fin, tout n’aura servi à rien. Pour une carrière, c ‘est pareil : il faut savoir la gérer. Ça ne sert à rien de commencer tambour battant et finir à l’ANPE après deux albums. Non, il faut du talent, de la patience et une énorme remise en question indispensable pour progresser. Pour si possible, avoir une carrière avec plus de hauts que de bas et surtout une sortie d’artiste digne de son standing. A ce titre la fin de carrière de Roy Orbison est exemplaire. Complètement largué dans les 80’s, notre vieux crooner romantique retrouve grâce au génial Jeff Lynne l’inspiration, le talent qui lui avait tant fait défaut ces derniers temps. Tout d’abord dans l’album de récréation des Travelling Willburys avec ses compères Dylan, harisson et autres Petty où il pousse la chansonnette sur le très touchant « Not alone anymore ». Mais le meilleur est à venir : « Mystery girl » ! Orbison met les petits plats dans les grands, épaulé par une foule de fans : Petty, Lynne (of course !), Costello, U2 et Springsteen ! Avec sa voix unique suraiguë, Roy déroule sur des chansons simples, tranquilles son pouvoir de séduction comme sur « you got it ». Mais là où il enfonce le clou, c’est lorsqu’il se décide à émouvoir, à se montrer plus touchant comme sur « She’s a mystery to me » belle à pleurer ou « In a real world » fragile et humble. Il chante avec ses tripes et ça se sent. Et puis il y a « the comedians » avec son tambour et sa horde de vocalises ! Du grand art ! Ça, c’est un crooner, un mec qui sait dégager des émotions, donner une âme à ses chansons ! D’habitude je n’aime pas quand la voix prend le dessus sur les instruments mais quand il s’agit de crooner avec un grand C, je m’incline car il apporte un vrai plus à la chanson au contraire de beaucoup qui masque la mélodie. Malheureusement si j’ai parlé de fin de carrière pour Roy, c’est que ce dernier est mort peu de temps après la sortie de cet album ! Mourir en pleine reconnaissance ! A la fois un beau gâchis mais aussi une belle fin : ne vaut-il pas mieux finir sa carrière au top plutôt que sur le bas coté ? « Mystery Girl » reste pour moi un album magnifique bourré de belles mélodies, de beaux arrangements et surtout d’une belle voix qui n’a pas fini de squatter mes oreilles.

Catégories :mes disques 85-89
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :