Accueil > mes disques 85-89 > THE SNEETCHES : Sometimes that’s all we have (1989)

THE SNEETCHES : Sometimes that’s all we have (1989)

the-sneetches-sometimes-thats-a-304690.jpgTrésor caché ? Qu’est ce que ça veut bien dire ? Un excellent album passé aux oubliettes dans l’indifférence générale ? Une bonne adresse pas trop connue que l’on se refile entre gens de confiance ? Non, cette notion est complètement subjective et n’a effet que de donner de la magie, du mystère ou d’attiser la curiosité sur des œuvres qui n’ont pas récolté le mérite qui leur revenait. Il y a bien des milliers d’albums qui sortent chaque année ; tous ne sont malheureusement pas des 20/80 (des succès) ! Il y a finalement des disques nuls, des disques qui ne font que passer et les bons albums ; Dans cette dernière catégorie, il y a ceux qui se font un nom et ceux qui ne rencontrent pas leur public : c’est la loi de la jungle, une sélection impitoyable. Beaucoup d’appelés pour peu d’élus. On ne garde que l’essentiel, ceux qui marquent leur temps. Et malheureusement la majorité des bons albums ne voit pas la lumière, condamnée à faire une seconde carrière dans les bacs à soldes et à être supprimée des catalogues. On aura toujours des bons albums « oubliés » qui ne soient pas sortis au bon moment, des groupes mal managés, mal dirigés artistiquement. Les places au soleil sont chères : seul le public est juge. L’histoire et les critiques sont justement là pour remettre les pendules à l’heure. Il n’est jamais trop tard, même à titre posthume pour redonner ses lettres de noblesse à un chef d’œuvre. Le « Sometimes that’s all we have » des Sneetches est pour moi un disque sans prétention qui aurait mérité un meilleur sort. Disque de vacances (le son californien des Beach Boys !), celui-ci revisite avec bonheur le son des 70’s en le faisant plonger dans l’océan pacifique à l’image de sa pochette toute bleue. Beaucoup de sentiments se dégagent à sa lecture : de la nostalgie d’abord car on retrouve des chansons pop aux mélodies sublimes, bien mises en évidence par l’excellence instrumentalisation (un piano, une guitare chancelante). Mais au lieu qu’elles s’aèrent, elles prennent la tasse, ce qui leur donne un côté mystérieux, féerique, dans cet océan pacifique. On découvre un autre monde aquatique, où la moindre bulle d’air est un trésor. De leur sous-marin les Sneetches cherchent à atteindre le fonds de l’océan, c’est à dire une pop légère, lisse, accueillante, mais néanmoins feutrée (ce n’est pas du la la la !). Résultat : 12 chansons plus envolées les unes que les autres emmenées par une voix (sans tuba !) nonchalante, douce, impénétrable. La surf music de Wilson n’est plus maître des vagues mais plutôt du fonds de l’océan. Et ma foi, elle s’y accommode bien avec ces chœurs enchanteurs et sa guitare incisive jamais à court d’idées. Et qui dit océan dit perles : les perles, il suffit de se baisser : « unusual sounds » la chanson d’ouverture fait penser à du Love survolté, « In a perfect place » à du Roy Orbison en apnée ou encore « Sometimes that’s all we have » à une berceuse où l’on ne voudrait pas se réveiller. Je n’écoute pas cet album régulièrement, préférant garder un maximum de bulles en cas de noyade. Mais quel bonheur de nager sans bouger de son fauteuil ! Je pensais que je ne retrouverais jamais cette sensation jusqu’à ce que les Thrills nous sortent « So much for the city » qui remet également au jour cette pop ensoleillée qui ne demande qu’à nous mettre un grand sourire. Un dernier conseil : n’hésitez pas à aller à la pêche aux bons albums : vos filets craqueront !

Catégories :mes disques 85-89
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :