Accueil > mes disques 75-79, sacré Robert john "Mutt" Lange > AC/DC : Highway To Hell (1979)

AC/DC : Highway To Hell (1979)

highway.jpgLe monde se divise en deux catégories : ceux qui écoutent du hard rock et ceux qui n’en écoutent pas ! Dans les seventies, le hard rock a atteint son zénith : tous les teenagers ont des posters de Led zeppelin ou d’Aerosmith dans leurs chambres. Les disques de hard sont ceux qui se vendent le mieux. Faut dire que le rock n’ roll s’est un peu assoupi sur ses acquis. En bref si vous aviez un groupe avec un son lourd, violent bourré de solos et autres coutumes d’usage, vous étiez bien partis pour être populaire. Pour moi, le plus sympa de tous est, et restera AC/DC. D’abord pour Angus Young, véritable bête de scène qui crève l’écran avec sa guitare endiablée et son costume d’écolier, sa marque de fabrique. Aussi par le destin du groupe ; AC/DC a eu deux chanteurs, Bon Scott, crooner bluesy, mort dans son vomi (une vraie mort de rocker !) remplacé ensuite par Brian Johnson à la voix hurlante. Mais cela ne suffit pas pour entrer dans la légende ; il faut aussi de bons albums ! Et pour ça, je vous propose « Highway To hell » ! Déjà la pochette mythique avec Angus tenant une queue de diable entouré par les membres du groupe au regard ténébreux sauf Bon Scott au sourire bêta (aurait-il déjà compris la suite ?) donne la donne : cet album vous conduira jusqu’à l’enfer ! L’album commence tambour battant avec « Highway To Hell » et son riff implacable introduit par une batterie : c’est fort, bruyant, simple sans fioritures, avec un refrain repris à l’unisson. Les neufs titres suivront dans la veine, avec notamment « Touch too much » avec sa cassure très réussie (gros solo puis reprise en refrain une gamme au-dessus) et « Girls got Rythm » au tempo speedé. Bon scott a une voix de velours avec son accent écossais prononcé, à la fois virile et sexy, avec cette fâcheuse tendance à avaler les mots. Angus Young s’amuse à écumer de ses solos percutants dont il a le secret. Efficace, tranchant, léché le son d’AC/DC n’aura jamais été aussi limpide et travaillé, taillé pour les stades (on appelle ça l’arena-rock !). Si vous trouvez que vous roulez trop lentement en voiture, mettez AC/DC et vous verrez que c’est aussi efficace qu’un tigre dans un moteur pour vous faire accélérer ! Chaque écoute fera monter votre taux d’adrénaline et que vous ayez 10, 30, 50 ans le hard rock saura vous secouer comme nul autre musique ! A réveiller les morts, je vous dis ! Malheureusement, six mois plus tard, après avoir enfin touché le grand public, notre pitre de Bon Scott décède…Qu’importe, la belle machine d’AC/DC ne peut s’arrêter en si bon chemin, surtout que le meilleur est à venir : « Back In Black » !


  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :