Accueil > mes disques 75-79 > IGGY POP : The Idiot (1977)

IGGY POP : The Idiot (1977)

the-idiot.jpgDavid a encore sauvé Iggy ! Après avoir produit son féroce « Raw power », Bowie récupère en 1976 un Iggy pop au beau du rouleau ! Miné par la drogue, « James Osterberg » est ruiné ! Et voilà qu’arrive son bienfaiteur, « David Jones » qui va le remettre sur le droit chemin ! Cette remise à niveau s’illustre par un séjour des deux lascars à Berlin, endroit parfait pour trouver de l’inspiration. De cette période, la collaboration Bowie-pop donnera naissance à deux albums cultes de l’iguane, qui sont vraiment à part dans sa discographie : « The idiot » et « Lust for life ». Si ce dernier est plus facile d’accès car plus immédiat, plus rock, « The idiot » demeure le meilleur album de la doublette par son audace et sa profondeur. Sorte de cousin de « Low » et de « Heroes », « Lust for life » est un disque au climat industriel, froid, noire mais également mystérieux. Normal : Bowie en plus de produire l’album a aussi écrit les chansons ! Mais n’allez pas croire qu’Iggy n’y a pas mis son grain de sel : Il écrit les paroles qui sont bien cocasses et inspirées. Et puis, sa voix s’est adoucie pour atteindre un timbre à la Lou Reed ! Il ne hurle plus, il chante ! L’album en lui-même est rempli de claviers, de guitares lancinantes, qui répètent toujours le même thème sur un rythme lent et envoûtant (on est loin du « Search and destroy » !) comme « Night clubbing » et « sister midnight ». On peut y voir une influence de kraftwerk sur le quasi electro « funtime » ! C’est aussi avec l’excellente ballade « China girl », l’un de ses meilleurs titres qu’Iggy Pop renflouera ses caisses avec une reprise de Bowie sur son « Let’s Dance ». Autrement que ce détail financier, cette chanson est géniale par ses parties de guitares incisives, ses paroles somme toute romantiques : en soirée, ça fait toujours un tabac ! Iggy pop ne fera jamais mieux par suite, retournant à la férocité qui lui colle si bien à la peau. Cette parenthèse berlinoise est peut-être le meilleur contre-emploi qu’un artiste n’ait jamais publié.

Catégories :mes disques 75-79
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :