Accueil > mes disques 90-94 > PEARL JAM : Vitalogy (1994)

PEARL JAM : Vitalogy (1994)

vitalogy.jpgComment distinguer les bons et les mauvais disques d’un groupe ? Par leurs succès ? Par leurs influences ? Par leurs qualités ? Par leurs contextes ou par subjectivité ? Je pourrais vous citer mille et un critères pour donner une hiérarchie à la discographie d’un artiste et vous ne seriez toujours pas d’accord avec moi. On peut très bien imaginer un groupe sortir son meilleur disque dans l’indifférence la plus totale alors qu’il a eu du succès avec de la daube ! Pour Pearl jam, le choix est cornélien car chacun de ses disques sortis à une régularité exemplaire entre 1991 et 1996 (4 en 5 ans !) a une saveur différente. Il reste une figure phare de la première moitié des années 90 car il fut le bon groupe (ils ne sont pas manchots !) au bon moment (l’explosion du grunge) et au bon endroit (Seattle, of course !). La chance lui a souri comme personne mais après la gloire vient l’amertume, la remise en question. Vitalogy traduit parfaitement ce sentiment de lendemain de fête. En 1994, la vague grunge est retombée avec la mort de Cobain. Ce style n’était-il pas une mode, en fait ? Les héros d’hier sont condamnés à errer, à voir leurs fans passer à autre chose. Fer de lance de ce mouvement, Pearl Jam sort alors son testament, comme pour enterrer sa vie juvénile, pour montrer qu’il y a une vie après la mort ! Vitalogy a été décrié comme un album grunge ; il n’en est en fait rien. Ce disque lugubre, sombre, ressemble à la visite d’un musée des horreurs ! Le grunge des débuts a laissé place à un rock implacable, proche de Led Zeppelin et de black sabbath. Le son est lourd (notamment la batterie) comme si le groupe n’était pas pour plaisanter, avec une atmosphère de recueillement. Même avec un son pêchu, les chansons dégagent de la noirceur, avec le sentiment que la rage des débuts était cette fois maitrisée, cadenassée. Les compositions sont superbes par leur intensité, leur dédain, avec cette énergie du désespoir, avec la voix de Vedder toujours aussi suppliante et roqueuse. Pearl jam avait alors réussi son pari : rester soi-même en se renouvelant (tout du moins sur un disque !) . Mais surtout celui-ci reste le dernier « grand » album du groupe au niveau ventes et influences. Vitalogy sera le champ du cygne d’un groupe qui aura de moins en moins à dire et à espérer…

Catégories :mes disques 90-94
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :