Accueil > mon cinéma > SPIDERMAN 3 – La critique !!

SPIDERMAN 3 – La critique !!

spiderman.jpgAlors… que dire… que ce film est une bombe… Une sorte de grosse purge salvatrice après les grosses bouses que sont Ghost Rider, les 4 Fantastiques, X-Men 3 et cette tapette de Dardevil !

On remet les pendules à l’heure et c’est parti pour plus de 2 heures de métrage mêlant virtuosité, intelligence, sentiment, générosité… Oui, je m’emballe, parce que j’attendais ce n°3 (je ne pense pas avoir été le seule) avec une impatience toute relative et je suis conquis (putain ! J’ai craqué mon slip !). Avant d’arriver dans la salle, je n’étais pas excité au point de ne pas tenir en place ; mais je gardais pas mal de distance par rapport à mes attentes.
Allait il saborder sa trilogie (le budget du film aurait pu être une très bonne raison) ? Allait il resté intègre aux précédents numéros ?

Par quoi commencer… Que Sam Raimi est un conteur d’histoire hors pair. Qu’il avait pensé sa trilogie depuis le début (j’espère que ça restera une trilogie) et que celle ci se focaliserait sur les personnages principaux. Nanti d’un budget indécent, il ne s’est pas laissé aller à une vulgarisation du mythe (une icône !) de Spiderman, sur fond de scènes d’actions incohérentes et bâclés. Non non ; Il prend le temps d’exposer les protagonistes (super vilains inclus), leurs histoires personnelles, leurs sentiments, ce qui les torture. Kirsten Dunst est remarquable. Cette fois, elle réussit vraiment à apporter de l’épaisseur à son personnage. Et j’ai réellement apprécié l’évolution du personnage d’Harry Osborne. J’avais été plutôt frustré par son traitement dans le numéro 2 et là, il dégage un côté attachant, cynique, qui fait qu’il reste le vilain le plus intéressant de la trilogie.
Encore un pur film fluide, claire, léger, jamais étouffé par les SFX. Merde ! Mais comment fait il pour traiter de façon équitable chaque personnages sur 2h20 de métrage, sans en négliger l’intrigue principale, sans temps mort ?!!!

Tout est traité de façon à s’immerger totalement dans l’histoire, à s’identifier aux personnages, à comprendre leurs problèmes, à partager leurs sentiments. On passe de scènes intimistes à de l’action brute ; de l’émotion au rire et tout ça passe comme une bonne pizza !
Je me répète, mais je reste ébahi devant tant de maestra narrative. Comment a t’il pu garder le contrôle de la barque avec un tel budget ?
Définitivement, Spiderman n’est pas qu’un film d’action (Jerry Brukheimer reste le maître en matière de dépense de frics pour des daubes décérébrées). Non… C’est un film mutant qui mêle tout les genres. Peu de réalisateurs peuvent se venter de réussir une trilogie de ce gabarie (Peter et Guillermo, you’re in my heart): chronologiquement parfaite ; de la prise de conscience des nouvelles responsabilités qu’apporte ces nouveaux pouvoirs ; à la recherche d’identité et l’acceptation de sa nouvelle condition et se terminant sur le déchirement intérieur…
Comme dans les 2 premiers films, chaque vilains (au nombre de 3 !) représentent les nouveaux conflits intérieurs que devra subir notre héros : la vengeance, le côté obscur, la tentation, la trahison…
J’ai apprécié le traitement de l’homme de sable. Et il faut dire que l’interprétation de l’acteur y est pour beaucoup.
Un exemple de l’utilisation intelligente des CGI : La naissance de l’homme de sable est esthétiquement magnifique (émouvante ?!).
Je mets une petite réserve sur Venom. Je me demande, encore, quelles étaient les motivations pour le choix de ce vilain (les fans sûrement), car la place, l’importance de celui-ci reste relativement anecdotique… Dommage, grand dommage !

Quand le générique de fin arrive, on se dit que l’ami Sam a accompli son masterpiece (il les collectionne !). On est au delà du divertissement facile.
Je ne vais pas dire que cela reste l’adaption indétronable de l’univers d’un comics book (Hellboy forever et Blade 2 si tu nous entend…), mais ça reste
du très très bon.
Il s’est fait plaisir le bougre et on a kiffé ça. On a grandi avec Spidey (5 ans !), on l’a suivi et affronté ses épreuves et quelques part ça a fait du bien. On peut comparer cela à un autre chef d’œuvre qui nous a littéralement terrassé et là, je dis « Putain merde ! C’est trop bon ! Il va falloir que je rachète des slips ! ». Merci Sam, merci Peter de ne pas nous prendre pour des cons et de nous faire bander comme ça…

TastyRiff

Catégories :mon cinéma
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :