Accueil > Vérolards de coeur > Fermeture d’usine : Tony Wilson est mort

Fermeture d’usine : Tony Wilson est mort

t_wilson4.jpgSale été 2007 : même la canicule de 2003 n’avait pas fait autant de ravages dans nos rangs… Le 10 aout dernier, Tony Wilson , 57 ans, nous quittait à la suite d’une crise cardiaque inérante à l’apparation d’un cancer l’an dernier.

Mais qui était ce fameux Wilson ? Au départ, présentateur TV, il est tellement fasciné par la musique, notamment celle du manchester post punk (Buzzcocks en premier lieu) qu’il va fonder son propre label Factory.

Pour le coup, on peut dire qu’il a eu une idée splendide : c’est lui qui lancera Warsaw plus connu sous le nom de Joy Division avec son célébre chanteur Ian curtis, véritable groupe-culte. D’autres groupes suivront : New order (les survivants de JD), Happy Mondays ( avec ce roublard de Shaun Ryder) pour les plus illustres ; A certain ratio, a duruti column pour les puristes.

Factory fut également le berceau d’un son nouveau qui se propagera à travers le monde entier : la house music. Cette musique tout droit sortie de l’haçienda (le club tenu par Wilson), véritable épicentre musical mariée à l’ectasy, (le whisky du coca) sera un véritable phénomène de société. On parlera même de « Madchester »pour qualifier manchester, considérée à l’époque comme LA capitale de la musique undergound.

Haut lieu de création artistique, Factory n’en retirera que les honneurs, pas la fortune. En effet, un management d’amateur et un goût pour la précipitation méneront le label à sa perte début 90 avec la vente du catalogue au label London.

Wilson tentera d’insuffler un nouvel élan en fondant factory 2 mais la loi du marché et les préoccupations financières auront une nouvelle fois raison de ce passionné. Un film de 2002 retraçant l’épopée de Factory, 24 hours party people, narrée par le personnage de Tony Wilson a rendu justice à un homme qui a su aller au bout de ses idées au nom de la musique et en dépit du bon sens.

Par ailleurs, je vous conseille vivement d’aller voir le film d’Anton Corbijn, connu pour ses talents de photographe, Control. Celui-ci raconte en effet l’histoire de Ian Curtis, musicien sensible et tourmenté. Tony Wilson qui l’avait bien connu avait collaboré à l’élaboration du long métrage. En salle le 27 septembre.

Catégories :Vérolards de coeur
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :