Accueil > mes disques 80-84 > THE RAMONES: End Of The Century (1980)

THE RAMONES: End Of The Century (1980)

Que se passe-t-il lorsqu’un groupe bien coté dans le circuit indépendant veut élargir son champ d’auditeurs ou plutôt décrocher un hit ? Il y laisse toujours des plumes ! Mais il en perd plus lorsque ça craque ! Les ramones en cette fin de décennie 70’s n’ont plus besoin qu’on les présente mais manquent cruellement de considération du grand public et surtout sentent que leur formule se doit d’être révisée ! C’est pourquoi pour leur 5ème album, ils mettent les moyens de leur ambition en enrôlant le très strict Phil Spector comme producteur ! Ils n’en doutent pas : Il est l’homme de la situation, celui qui va leur ouvrir les portes du succès ! De mon avis PERSONNEL : ça a partiellement marché. Pourquoi personnel ? Car cet album est controversé et divise les ramonesiens ! Car pour que les Ramones ratissent large, il leur faut mettre de la pop (et autres accessoires) dans leur moteur ! Pour les fans de la première heure, cela résonne comme de la trahison alors que  d’autres crient au génie. Grâce à Phil Spector, Joey ramone n’a jamais aussi bien chanté, les compositions aussi bien huilées. Le groupe est ainsi plus pro que jamais. C’est dans cette ambiance studieuse que nait Le (seul) tube ( au sens billboard !) du groupe : une reprise de « Baby, I love you » des Ronnettes (autrefois sous les ordres de Spector : tiens, tiens…) avec une nappe de violons ! De mon avis, cette ballade sucrée est une réussite qui ne dénature pas l’esprit du groupe (le vintage, la sincérité, l’envie). Beaucoup d’articles en feront polémique mais je trouve que la démarche du groupe était la bonne en 1980 : Se diversifier tout en restant soi-même, sauf que le groupe n’a pas été au bout de ces idées. End of the Century comporte d’autres chansons audacieuses  comme l’accrocheur « Do you remember Rock n’ roll radio » avec ces trompettes et le miéleux « danny says » tandis que le reste de l’album reste aux fondamentaux du groupe en plus cadré (l’expérience !), là où on pouvait attendre plus de risques. Quant à la question du début de ma critique, vous l’aurez compris, c’est très mitigé ! Le grand album tant espéré n’a pas répondu totalement aux attentes. Dur, de faire le grand écart…

Catégories :mes disques 80-84
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :