Accueil > mon cinéma > Le Voyeur (Peeping Tom) (Michael Powell – 1960)

Le Voyeur (Peeping Tom) (Michael Powell – 1960)

A chaque visionnage, « Le Voyeur » ne perd pas de son propos dérangeant et de sa maîtrise narrative. Effectivement, encore aujourd’hui, on ne peut que constater du talent visionnaire du cinéaste sur le rôle crucial et diabolique de l’image et de sa forte influence sur des réalisateurs tel que Brian De Palma.

Peut-être que « Le Voyeur » ne risque plus de scandaliser (quoique) ; dans une époque où la violence graphique reste le véritable moteur du cinéma de genre actuel. Mais le message qu’il véhicule, beaucoup plus subtil, reste particulièrement bouillant.

A chaque meurtre, on investit malgré nous, le regard de l’assassin : on devient complice de ses impitoyables méfaits. Les images violentes et crues (nous sommes en 1960), captées par l’objectif du tueur, provoquent un certain malaise coupable. On accompagne, malgré nous, le tueur dans ses meurtres.

La caméra de notre tueur est traitée comme un véritable substitut de celui-ci et notamment lors des scènes de meurtre (ex : le substitut phallique que procure le pied pointu de la caméra).

À sa sortie en Grande-Bretagne, le film provoque un scandale et se voit censuré aussitôt.

Depuis, Le Voyeur demeure une œuvre essentielle qui, 47 ans après sa réalisation, surprend toujours par sa modernité.

Catégories :mon cinéma
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :