Archive

Archive for novembre 2009

LES 50 meilleurs albums de l’année 2009 (UNCUT)

novembre 22, 2009 1 commentaire

1. Animal Collective – Merriweather Post Pavilion
2. Super Furry Animals – Dark Days/Light Years
3. The Dirty Projectors – Bitte Orca
4. Bob Dylan – Together Through Life
5. Wild Beasts – Two Dancers
6. The XX – The XX
7. Wilco – Wilco (The Album)
8. Grizzly Bear – Veckatimest
9. Yeah Yeah Yeahs – It’s Blitz!
10. Phoenix – Wolfgang Amadeus Phoenix
11. Bill Callaham – Sometimes I Wish We Were An Eagle
12. Fever Ray – Fever Ray
13. White Denim – Fits
14. The Flaming Lips – Embryonic
15. Bassekou Kouyate And Ngoni Ba – I Speak Fula
16. Florance And The Machine – Lungs
17. Doves – Kingdom Of Rust
18. Graham Coxon – The Spinning Top
19. Sonic Youth – The Eternal
20. The Horrors – Primary Colours
21. The Low Anthem – Oh My God, Charlie Darwin (Uncut Deliberate Error Charlie Brown Hahhaha)
22. Alela Diane – To Be Still
23. Manic Street Preachers – Journal For Plague Lovers
24. Micachu And The Shapes – Jewellery
25. Sunn 0))) – Monoliths And Dimensions
26. The Unthanks – Here’s The Tender Coming
27. Yo La Tengo – Popular Songs
28. Madness – The Liberty Of Norton Folgate
29. Pj Harvey & John Parish – A Woman A Man Walked By
30. Jim O’ Rourke – The Visitor
31. The Dead Weather – Horehound
32. Iggy Pop – Preliminaries
33. The Duke And The King – Nothing Gold Can Stay
34. Trembling Bells – Carberth
35. Tinariwen – Imidiwan: Companions
36. Fuck Buttons – Tarot Sport
37. Dinosaur Jr – Farm
38. Arctic Monkeys – Humbug
39. Cornershop – Judy Sucks On A Lemon For Breakfast
40. The Felice Brothers – Yonder Is The Clock
41. Van Morrison – Astral Weeks Live At The Hollywood Bowl
42. Richard Hawley – Truelove’s Gutter
43. Bruce Springsteen – Working On A Dream
44. Reigning Sound – Love And Curses
45. Richmond Fontaine – We Used To Think The Freeway Sounded Like A River
46. Broadcast & The Focus Group – …Investigate Witch Cults Of The Radio Age
47. Alasdair Roberts – Spoils
48. Raphael Saadiq – The Way I See It
49. Jay-Z – The Blueprint 3
50. Kurt Vile – Childish Prodigy

Publicités

Les 100 meilleurs albums de la décennie (2000-2009) par NME

novembre 22, 2009 Laisser un commentaire

1. The Strokes – Is This It
2. Libertines – Up The Bracket
3. Primal Scream – Xtrmnatr
4. Arctic Monkeys – Whatever People Say That’s What I’m Not
5. Yeah Yeah Yeahs – Fever To Tell
6. PJ Harvey – Stories From The City, Stories From The Sea
7. Arcade Fire – Funereal
8. Interpol – Turn On The Bright Lights
9. The Streets – Original Pirate Material
10. Radiohead – In Rainbows
11. LCD Sound System – Sounds Of Silver
12. At The Drive In – Relationship Of Command
13. The Shins – Wincing The Night Away
14. Radiohead – Kid A
15. Queens Of The Stoneage – Songs For The Deaf
16. The Streets – A Grand Don’t Come For Free
17. Sufjan Stevens – Illinois
18. The White Stripes – Elephant
19. The White Stripes – White Blood Cells
20. Blur – Think Tank
21. The Coral – The Coral
22. Jay-Z – The Blueprint
23. Klaxons – Myths Of The Near Future
24. The Libertines – The Libertines
25. The Rapture – Echoes
26. Dizzee Rascal – Boy In Da Corner
27. Amy Winehouse – Back To Black
28. Johnny Cash – The Man Comes Around
29. Super Furry Animals – Rings Around The World
30. Elbow – Asleep In The Back
31. Bright Eyes – I’m Wide Awake, It’s Morning
32. Yeah Yeah Yeahs – Show Your Bones
33. Arcade Fire – Neon Bible
34. Grandaddy – The Sophtware Slump
35. Babyshambles – Down In Albion
36. Spiritualized – Let It Come Down
37. The Knife – Silent Shout
38. Bloc Party – Silent Alarm
39. Crystal Castles – Crystal Castles
40. Ryan Adams – Gold
41. Wild Beasts – Two Dancers
42. Vampire Weekend – Vampire Weekend
43. Wilco – Yankee Hotel Foxtrot
44. Outkast – Speakerboxxx / The Love Below
45. The Avalanches – Since I Left You
46. Delgados – The Great Eastern
47. Brendan Benson – Lapalco
48. The Walkmen – Bows And Arrows
49. Muse – Absolution
50. Mia – Arular
51. The Good The Bad And The Queen
52. Rufus Wainwright – Poses
53. Jamie T – Panic Prevention
54. The Golden Virgins – Songs Of Praise
55. Hard-Fi – Stars Of CCTV
56. My Morning Jacket – Z
57. Outkast – Stankonia
58. Liars – Drum’s Not Dead
59. The Hold Steady – Boys And Girls In America
60. Green Day – American Idiot
61. The National – Alligator
62. Queens Of The Stone Age – Rated R
63. Godspeed You Black Emperor – Lift Your Skinny Fists Like Antennas To Heaven
64. The Radio Dept. – Lesser Matters
65. Muse – Black Holes And Revelations
66. Mogwai – The Hawk Is Howling
67. Botch – We Are The Romans
68. The Horrors – Primary Colours
69. Biffy Clyro – Puzzle
70. Glasvegas – Glasvegas
71. Brian Wilson – Smile
72. Mia – Kala
73. Broken Social Scene – You Forgot It In People
74. Brand New – The Devil And God Are Raging Inside Me
75. The Shins – Chutes Too Narrow
76. Capdown – Civil Disobedients
77. Isobel Campbell – Ballad Of The Broken Seas
78. Belle & Sebastian – Fold Your Hands Child, You Walk Like A Peasant
79. Kings Of Leon – Youth And Young Manhood
80. Danger Mouse – The Grey Album
81. Field Music – Field Music
82. Mclusky – Mclusky Do Dallas
83. Laura Marling – Alas, I Cannot Swim
84. Regina Spector – Soviet Kitsch
85. Roots Manuva – Run Come Save Me
86. The Twilight Sad – Forget The Night Ahead
87. Bon Iver – For Emma, Forever Ago
88. Bonnie Prince Billy – The Letting Go
89. Frightened Rabbit – The Midnight Organ Fight
90. Gallows – Orchestra Of Wolves
91. Les Savy Fav – Let’s Stay Friends
92. The Sleepy Jackson – Lovers
93. Clap Your Hands Say Yeah – Clap Your Hands Say Yeah
94. Eighties Matchbox B-Line Disaster – Horse Of The Dog
95. Bjork – Vespertine
96. Shellac – Excellent
97. Sigur Ros – Agaetis Byrjun
98. Gorillaz – Demon Days
99. The Maccabees – Colour It In
100. MGMT – Oracular Spectacular

Catégories :rock list

CAT STEVENS : Tea For The Tillerman (1970)

novembre 16, 2009 Laisser un commentaire

e17138hxvupUn album UNIVERSEL, rien moins que ça. Cat Stevens et Tea for the tillerman ont marqué toute une génération de musiciens tant cette musique respirait l’humain, la nature, les failles que nous avons tous en chacun de nous. Un mélange parfait de folk et de pop avec des textes à tomber par terre. Armé de sa guitare sèche et d’un piano, Stevens nous propose de nous recueillir, de nous poser, d’évoquer dans une douce mélancolie nos problèmes de cœur, nos aigreurs, notre coté sombre sans jamais émettre de jugement. Sa voix mi mielleuse mi plaintive rend plus forte cette idée à tel point que l’auditeur est surpris de la sincérité des propos. Les paroles pleines de vérité vous parlent, qu’on soit jeunes ou vieux. Par exemple, sur « father and son » (probablement sa meilleure chanson), Stevens évoque un échange entre un père ne comprenant le désir de son fils à se détacher et à façonner une nouvelle vie, et le fils qui ne peut s’expliquer mais qui sait qu’il est temps pour lui de chercher sa propre destinée. La triste douceur lorgnant les 11 chansons peut vous faire pleurer à tout moment par sa légèreté et sa vérité mais elle vous donne en retour de la force, de l’humanité. J’ai redécouvert plusieurs chansons de l’album sur le score de la comédie noire Harold & Maude (superbe film au passage) et où celles-ci s’accommodent parfaitement au propos du film : la vie est dure mais il faut prendre les choses du bon coté et surtout vivre. Bref, cet album est une leçon de vie à méditer tous les jours. Et rien de tel qu’en chansons 

Catégories :mes disques 70-74

THE KINKS : Low Budget (1979)

novembre 2, 2009 Laisser un commentaire

1979 - Low budget - frontC’est ce que j’appelle un album galvanisé ! Après l’album du retour en force de 1977 Sleepwalker (critiqué il y a quelques temps sur ce blog), les Kinks remettent les couverts sur leurs deux albums suivants Misfits et Low budget avec une popularité retrouvée du temps de leur période mod. Il y a de quoi car les Kinks ne cherchent plus à surprendre, à créer mais plutôt à s’amuser, à taper plus fort que les autres, à jouer la simplicité. Low Budget reste le meilleur exemple de ce kinks à la recherche de muscles sans surprises. L’album en lui-même a plutôt cartonné car il est accrocheur, efficace avec une guitare hard agressive. La voix de Ray Davies continue elle de raconter des bleuettes sans pareil. On sent que le groupe, remis en selle par les punks, a encore faim et a mis au placard ses idées passéistes (Village green) sans pour autant perdre de son cynisme, et dans le seul but de passer du bon temps. Voilà là le dilemme de l’album : son ton léger et sa simplicité n’amènent pas l’originalité qui fait qu’on s’en souvienne encore aujourd’hui. Les Kinks usent des ficelles qui sont à l’époque utilisées par une légion de groupes. Malgré ce défaut, l’album a son charme avec des chansons nerveuses et surtout à l’idée que ce sont les Kinks qui les jouent ! Qui ne serait pas heureux que l’un de ses groupes préféré se refassent une santé malgré avoir retourné sa veste ? Le groupe est attachant avec un parcours atypique avec ses hauts et ses bas, tant au point de vue artistique que publique. Des « catch me down, I’m falling » ou « superman » résonnent comme des victoires sur le sort même elles arrivent trop tard. En bref, Low Budget n’est pas un album majeur du groupe mais c’est celui-ci le plus revanchard et le plus clinquant.

les 50 meilleurs albums de 2009 (Q magazine)

novembre 1, 2009 Laisser un commentaire

1. Kasabian – West Ryder Pauper Lunatic Asylum
2. Florence And The Machine – Lungs
3. Yeah Yeah Yeahs – It’s Blitz
4. Animal Collective – Merriweather Post Pavilion
5. Manic Street Preachers – Journal For Plague Lovers
6. Arctic Monkeys – Humbug
7. Muse – The Resistance
8. Lilly Allen – It’s Not Me, It’s You
9. U2 – No Line On The Horizon
10. Phoenix – Woulgang Amadeus Phoenix
11. Doves – Kingdom Of Rust
12. Jack Penate – Everything Is New
13. Grizzly Bear – Veckatimest
14. Devendra Banhart – What Will We Be
15. Dizzee Rascal – Tongue ‘N Cheek
16. Empire F The Sun – Walking On A Dream
17. Green Day – 21st Century Breakdown
18. Mika – The Boy Who Knew Too Much
19. Monsters Of Folk – Monsters Of Folk
20. Fever Ray – Fever Ray
21. Jamie T – Kings And Queens
22. The Low Anthem – Oh My Gad, Charlie Darwin
23. The Prodigy – Invaders Must Die
24. Mos Def – The Ecstatic
25. Noah And The Whale – The First Days Of Spring
26. Bat For Lashes – Two Suns
27. The Dead Weather – Horehound
28. Bruce Springsteen – Working On A Dream
29. Wilco – Wilco (The Album)
30. La Roux – La Roux
31. Biffy Clyro – Only Revolutions
32. Paolo Nutini – Sunny Side Up
33. Dirty Projectors – Bitte Orca
34. White Lies – To Lose My Life
35. Pearl Jam – Backspacer
36. Sonic Youth – The Eternal
37. Fuck Buttons – Tarot Sport
38. Richard Hawley
39. The Horrors – Primary Colours
40. Cheryl Cole – 3 Words
41. Wild Beasts – Two Dancers
42. Mariachi El Bronx – Mariachi El Bronx
43. Tinariwen – Imidiwan Companions
44. The View – Which Bitch
45. Conor Oberst And The Mystic Valley Band – Outer South
46. Golden Silvers – True Romance
47. Madness – The Liberty Of Norton Folgate
48. Ian Brown – My Way
49. Bob Dylan – Together Through Life
50. Jarvis Cocker – Further Complication

THE STROKES : Room on fire (2003)

novembre 1, 2009 Laisser un commentaire

room on fireAh, les Strokes ! On les avait proclamé sauveurs du rock à la rentrée 2001 avec leur premier album Is this it. En 2009, on peut simplement que tout ceci ne fut qu’un feu de paille ! Non pas que leur œuvre (3 albums) soit mauvaise, bien au contraire mais plutôt qu’on ne pouvait pas sauver le rock ! Le rock n’est un malade que l’on peut guérir, le rock n’a pas de messie. Tout ceci, vous le savez, est un montage de la presse qui cherche à vendre du papier, à créer un buzz. Au 21 ème siècle, le rock est un courant qui doit ne pas se prendre au sérieux, qui doit jouer la simplicité et accepter n’être plus en haut de l’affiche. Bref, il doit s’accepter comme il est. C’est pour lui sa seule voie de salut. Revenons aux Strokes : « Room on fire », leur deuxième album était très attendu pour savoir si nos new yorkais allaient confirmer et donner une piqure de rappel au rock « malade ». Il ne réussira pas à rééditer la performance du premier opus aux yeux des gens de la hype alors que pour moi, qui n’attends rien des autres, je fus plutôt surpris en bien ! Room on fire comporte les chansons les plus efficaces et les plus accrocheuses du combo ! Les compositions sont hyper fluides, acérées. Les parties de guitare pour leur part sont tout simplement sublimes avec de la tension, du rythme, de l’âme (« the end has no end »). Les chansons sont directes, courtes mais assez longues pour monter des cathédrales sonores, des enchevêtrements de mélodies avec une basse en support telle une fondation. « 1251 » en est la preuve. Et même quand le rythme ralentit comme sur « Under control », on prend toujours une claque car on sent c’est bien huilé, bien ficelé. Le groupe par la suite sera mis en sommeil après un troisième album incompris ; tous les membres sont en effet dans un projet distinct. J’espère simplement qu’on se souviendra des Strokes pour ce qu’ils ont créé et non de cette étiquette groupe « sauveur » déchu :  Ils sont humains après tout.

Catégories :mes disques 00-04