Accueil > mes disques 80-84 > THE CRAMPS: Songs The Lord Taught Us (1980)

THE CRAMPS: Songs The Lord Taught Us (1980)

La mort de Lux Interior, le chanteur des cramps, d’une crise cardiaque l’an dernier laisse un vide énorme dans le monde du rock underground. Avec Lui disparait un groupe atypique, créateur d’un style totalement déjanté mais si original : le Psychobilly, mélange de rockabilly, de psychédélisme, de punk et de garage rock (ils ont dû écouter la compile Nuggets un bon millier de fois !) , le tout enrobé d’une imagerie issue de la sous-culture des films d’horreur de serie Z. Ils sont en fin de compte les pionniers du vintage, en mettant en valeur, en redécouvrant, en mettant en scène des courants, des styles venus d’outre tombe, appartenant au passé. Qui aurait à la fin des seventies choisi les poubelles et les greniers, symbole du mauvais gout, comme aires de jeux ? Qui aurait imaginé trouver son inspiration dans les trains fantômes, les séries B, la science fiction naïve, l’épouvante de carton pate ? Personne à part eux. Je serais incomplet si je n’ajoutais pas qu’ils y ont incorporé une dimension théâtrale entre humour et fascination poétique. Avec toutes ces influences, Les Cramps ont réellement créé un style de toutes pièces, totalement inoxydable (le neuf avec du vieux) mais tout aussi primaire (difficile de le faire évoluer !). Les Cramps ne pouvaient que faire du Cramps et répéter inlassablement leur formule. C’est comme le Coca classic : il n’a jamais changé et pourtant on l’achète toujours ! C’est ainsi que le premier album est aussi leur meilleur ! « Songs the lord taught us » mêle reprises des Sonics (“Strychnine”), Trashmen (“Garbage man”  et les immortels « TV set » et “I was a teenage werewolf”. Les compositions sont aussi simples que les musiciens sont limités ! Tout est affaire de cheap, de guitares saturées, de voix plaintive, de binaire. Mais que demander à un groupe qui cherche à faire frissonner, qui loue un culte à la laideur, au trash ? La musique passe au second plan au profit de la comédie, de l’attitude, du spectacle de rue. C’est bien ce qu’il manque à la musique d aujourd’hui : du second degré, de l’insouciance et du talent. Pour tout ça, les Cramps nous manquent. AMEN.

Catégories :mes disques 80-84
  1. novembre 17, 2015 à 8:03

    a lire aussi sur le meme sujet … Apres les attentats de Paris du 13 novembre 2.5 le Parti Libertarien de France annonce ses mesures anti-terroristes http://www.parti-libertarien.com/actu/attentats-paris-hypocrisie-gouvernement

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :