Archive

Archive for juin 2012

THE SPARKS : Propaganda (1974)

Toutes les années sont belles à vivre car il y a toujours une pomme à croquer, des événements inattendus, des moments à partager, des découvertes, de nouvelles œuvres musicales et que sais-je encore ! De toute façon, il faut vivre le truc à fond sans regarder le rétro ! Et de préférence avec Propaganda des Sparks dans les oreilles ! Depuis 1974, cet album eternel est la marque de référence de la légèreté, de la fraicheur, de la folie, bref du sourire. Leur pop-rock nourrie aux amphétamines va chercher ses influences notamment dans le glam rock de roxy music des débuts (l’extravagance, le pimpant) mais également au-delà (l’opéra, le théâtre, le cabaret).  Le résultat de cette alchimie est tout simplement un pur délire jouissif ! 11 chansons, 11 bombes, 11 bonbons sucrés, sexy et fantaisistes (un vrai manège !), 11 raisons de sauter, de virevolter ! Les Sparks ici s’amusent plutôt que de se prendre au sérieux. Modèle affiché de Queen (qui les a copiés outrageusement avec le succès que l’on sait), ce groupe américain a su porter haut une musique qui fait défaut aujourd’hui : folle, insouciante, tranchante, entrainante. Avec ces pointes de hard rock, un coté niais assumé,  l’orgue endiablé de Ron Mael, la voix haut perchée de Russell Mael, son brin de nostalgie et une forte créativité  Propaganda est un plaidoyer pour le positif, l’enthousiasme, le tout dans un rythme effréné ! Malheureusement, à trop vouloir ne pas calculer, les Sparks n’arriveront pas à renouveler cette formule magique avec la même réussite. Difficile de se remettre d’une overdose de bonheur…

Publicités
Catégories :mes disques 70-74

SCRITTI POLITTI : Cupid & Psyche 85 (1985)

juin 1, 2012 1 commentaire

Culte, culte, culte ! Aujourd’hui, qui se souvient de Scritti Politti ? Personne ! Certains diront un mal pour un bien ; d’autres comme moi salueront l’attitude, le style en dépit d’un son qui a plutôt mal vieilli. Pour situer les débats, nous sommes en 1985 (comme l’indique l’album), au cœur des années 80, au cœur d’un feeling, d’une cool attitude, où tout est (encore) possible. Pour être encore plus précis, Scritti Politti est un groupe made in eighties dans la lignée d’Howard Jones, des garçons coiffeurs, ABC, Cocteau Twins. Bref un groupe de pop synthétique. Mais pas que ça : ce groupe de Leeds a réussi un amalgame entre le jazz, la soul, le funk et les machines ! Rajoutez à cela une dose de pop et vous obtenez la musique qu’aurait du faire Stevie Wonder dans les  années 80 ! Cela peut paraitre prétentieux d’écrire ces propos mais franchement Scritti Politti n’a pas écrit qu’un album bien dans son époque (ah, les claviers !) ; il a aussi créé un univers sucré, féérique, envoutant, enivrant où l’on rêve les yeux ouverts, quelquepart entre Michael Jackson et George Michael : la synth-funk ! Le raffinement des compositions allié à une production aux petits oignons et un beat super puissant donnent à l’ensemble un caractère fort. Entouré de musiciens de studio chevronnés, Green Gartside à la voix retenue (un vrai contre emploi !) fait de l’avant gardiste pop sa religion mais malheureusement cette originalité qui avait si bien trouvé son public en son temps ne fera plus recette par la suite par manque de renouvellement. Cupid & Psyche représente l’essence des 80’s et c’est bien là le problème :  il n’est pas devenu universel, juste une pépite en son temps…

Catégories :mes disques 85-89